top of page

DISCOGRAPHIE

L'Alto Lyrique - À paraître en Septembre 24

Ce sont les romantiques qui ont découvert le puissant lyrisme clair-obscur de ce magnifique instrument, capable de restituer les nuances les plus rares, de débusquer notre part la plus sensible. 

C'est à travers trois compositeurs romantiques, trois identités marquées et charismatiques que nous convoquons cette puissance lyrique. 

Le romantisme russe avec Rachmaninov, le "Bel Canto" italien chez Paganini, le lyrisme allemand avec Bruch; ainsi se montre la polyvalence de l'alto, et la nécessité d'explorer l'entièreté de son registre, du plus aigu au plus grave, et de toutes ses couleurs, des plus fulgurantes aux plus détimbrées...

And Love said...

« Jodie Devos remporte l'adhésion dans ce programme tout en anglais de compositeurs britanniques, belge et français, avec un formidable accompagnement pianistique de Nicolas Krüger. »

ResMusica - Pierre Degott

"... with Devos and her excellent pianist, Nicolas Krüger, striking the perfect balance between art and artlessness. An album where Krüger also shines in his witty, pointed accompaniments."

Gramophon 

Il est quelqu'un sur Terre

« Admirable dans chaque partition, l’accompagnement réalisé par Nicolas Krüger est ici exceptionnel. Onirique à souhait dans la laconique contribution – Trois chansons d’après « La Petite Sirène », de Hans Christian Andersen – d’Arthur Honegger (1892-1955), son piano aux inflexions d’orchestre de chambre est rejoint par le violoncelle très plastique de Sébastien Walnier pour une création de Jean-Luc Fafchamps (…) »

Le Monde - Pierre Gervasoni

1bed145_1659628790107-pochette-de-l-album-d-albane-carra-re.jpg

Das irdische Leben /
La Vie Terrestre

123759331.jpg

«...Il s'agit d'amours contrariées, de mariages arrangés, de mères pleurant leur fils mort au combat, de moissons trop pauvres pour nourrir la famille, de fiancés attendant avec ardeur leur union ; il s'agit encore de la nature avec son cortège de mystères et de symboles. C'est tout un univers de piété, de fatalisme ou de superstitions, raconté parfois aussi avec une distance amusée ; on y voit s'exprimer autant la fameuse sagesse populaire qu'un lyrisme poétique en résonance avec les éléments : en somme, “ la vie terrestre ”. »

Salomé Haller

La Ballade des pendus (Paulet)

« ...Super performers explore the many facets of François Villon’s world in a piece inspired by his famous “testament”. Allegedly written while the poet prepared for a tragic death, Villon’s founding vision has lost none of its intensity over time. Virtuosic and profound, lyrical yet distant, the music conjures up images of nocturnal ceremonies, with moments of irony and hallucinatory delirium. Subtle and intense at the same time, the omnipresent piano reigns supreme over this unique world. »

Editions Hortus

Offenbach Fantastique !

This recording by the Leipzig Symphony Orchestra under the direction of Nicolas Krüger is now dedicated to the little-known works that reflect the richness of this unique composer's multifaceted repertoire. In the caustic satires of the times, he turns dogs and carrots into rulers or abducts them to the worlds of knights and the moon: Offenbach Fantastique!

34 duos...

Onze Haïkus pour piano à quatre mains sont de très courtes vignettes illustrant la douce et pointilleuse poésie de Yosa Buson, peintre et poète japonais du XVIIIe siècle dont le duo Mara Dobresco et Nicolas Kruger, les créateurs de l’œuvre, en sont les traducteurs pleins de tact. 

Henri Barraud - Mélodies et impromptues 

« À l’occasion de la parution de ses mémoires, il nous apparaît capital de faire redécouvrir la musique de celui qui fut avant tout un compositeur.

Gêné d'utiliser ses fonctions de directeur de l’ORTF pour se promouvoir lui-même, il n a jamais été un bon défenseur de sa propre musique. J’ai su apprécier la valeur de son oeuvre, et me suis mis à la jouer, de loin en loin. J’ai pu ainsi me rendre compte chaque fois de l'intérêt suscité par cette musique, des auditeurs venant me demander qui était cet Henry Barraud, et moi de leur révéler, non sans une certaine fierté, qu’il s agissait de mon grand-père ! » 

Nicolas Krüger

bottom of page